Bilan

Bon maintenant que nous sommes rentrés, c'est plus crédible d'essayer de vous dire ce que l'on pense des routes, du matériel...

Les routes

La circulation : sachant que quasiment seules les grandes routes nationales sont goudronnées, nous avions prévu de passer par celles ci. Ceci dit nous craignions la circulation, et nous n'étions pas sûrs du tout que ça allait être possible.
En fait, c'est incomparable avec la France ou sur pas mal de nationales, il n'est pas envisageable de pédaler plus de 5km pour rejoindre une autre route.
La quantité de véhicules circulants est sans commune mesure avec chez nous. De plus avec l'état des chaussées, et le nombre de virages, dans l'ensemble il est difficile pour les véhicules de dépasser 70km/h. Même sur la RN2 (Tana-Tamatave), où tout le monde nous avait dit que ce ne serait pas sympa, je ne sais pas si nous avons eu du bol mais c,'était très supportable même dans la Mandraka. Donc globalement, aucun souci avec la circulation. Ceci dit, nous avons trouvé tout de même qu'il y avait un peu trop de monde pour nous sur la RN7 les 40 derniers km pour remonter à Tana et avions pris un taxi brousse pour finir. Au final, je n'ai même pas trouvé une photo avec beaucoup de voitures sur la route, pour illustrer la circulation... Comme ailleurs, le rétroviseur est indispensable afin d'anticiper un éventuel taxi-brousse.

L'état des routes : c'est très variable (nous n'avons vraiment pas été partout) les trous dans la route ne sont pas forcément très gênants, à vélo on peut toujours facilement zigzaguer entre...il arrive même que l'on aille plus vite que les taxis-brousse !
Les routes secondaires sont rarement revêtues, ça peut être très praticable voire plus roulant que certaines parties de la RN7, mais s'il pleut depuis plusieurs jours ça peut être beaucoup plus délicat.


Dans l'affaire, nous n'avons pas fait la majorité de nos kilomètres sur pistes, est pourtant c'est souvent la que nous étions le mieux, un peu isolés des grands axes, la population y est encore plus chaleureuse.







Le matériel

Les vélos : bah pas grand chose à dire tellement nous n'avons pas eu de souci...même pas une crevaison en 3 mois ! Dans l'affaire comme beaucoup d'autres voyageurs nous sommes bien obligés de conseiller les pneus Schwalbe marathon plus tour.

Les béquilles aussi extrêmement pratiques voire indispensables, ce n'est pas comme chez nous, il n'y a pas beaucoup de murs, poteaux, arbres...qui longent le bord des routes et permettent d'y abandonner nos montures.
Tout de même, une pièce de ma direction qui relie la biellette à la potence était trop faiblement accrochée par deux vis. On a fait une "bricole malgache" en prévention à Ste Marie pour palier à ce problème. Et une manette de dérailleur de plateau m'a lamentablement lâchée sur la fin, alors que ça faisait même pas 5 ans que je l'avais sortie d'une poubelle...ce n'est plus ce que c'était les déchetteries françaises !
Conclusion je pense que vous pouvez copier les plans de la 3ème roue et du vélo couché, au bout de 4 ans de bons et loyaux services je pense que l'on peut dire que c'est au point ! Ah c'est vrai je ne les ai toujours pas faits, bon en même s'il y a quelqu'un vraiment intéressé on verra ce que l'on peut faire !
C'est Laurent Nocco de la boutique xxcycle qui nous a conseillé pour tout le matériel de voyage des vélos. A force de voir partir du monde un peu partout aux 4 coins du globe, il a pas mal de retours d'expériences. Par exemple les 4 roues des vélos adultes, avec des jantes Exal et un moyeu Shimano LX, jamais un embêtement malgré nos chargement plus qu'excessifs pour un coût tout à fait raisonnable.


La remorque Croozer : Au bout de 3 ans d'utilisation, on se dit que c'était vraiment un bon investissement. Nous avions emprunté une remorque Décathlon à un collègue pour se faire une idée de l'énergie nécessaire pour tracter les enfants. Mais malheureusement elle n'était pas assez large aux épaules, et les enfants bien que beaucoup plus petits se chamaillaient tout le temps pour l'espace. Un remorque Chariot nous paraissait bien cher ne sachant pas trop à l'époque si nous allions faire autre chose que des tours de quartier avec. La Croozer paraissait un bon compris. Elle est vraiment spacieuse, il arrive encore que Paul et Jeanne y montent tous les deux en cas de grosse fatigue. Et ils ont toute la latitude pour emporter quelques jouets et se raconter toutes leurs histoires.
Le coffre est pratique pour mettre tout ce qui n'est pas lourd mais encombrant, matelas, duvets, vestes de pluie.
Pas mal de personnes nous avaient prédit que ce serait impossible hors des routes goudronnées. En réalité, nous n'avons pas eu de souci. Il ne faut pas se voiler la face, quand on dételle, on se sent pousser des ailes (surtout dans les pistes sableuses). Mais dans l'ensemble, nous sommes plutôt surpris par notre capacité de franchissement.




Filtre à eau : on l'a trouvé indispensable, tous les jours nous faisions notre eau à partir de n'importe quelle source à peu près claire. Si le liquide que vous aspirez est trouble, ne pas hésiter à le nettoyer très souvent , parfois il faut le faire tous les litres. De toutes façons pomper va devenir très dur si vous ne faites rien. Il faut vraiment en prendre soin, car si vous cassez la cartouche céramique, vous n'aurez plus qu'à faire bouillir l'eau ! Personnellement nous le rangions au milieu de la bâche qui nous sert dans l'entrée de la tente, puis sous la moustiquaire au milieu d'une sacoche.


Réchaud Primus : pas de souci, très pratique, il y a de l'essence partout dans le pays, et c'est même plus facile qu'en France de n'acheter qu'un demi litre. Un seul défaut si vous prévoyez un rangement en deux parties: le réchaud et le réservoir séparés, à chaque démontage remontage, vous vous mettez de l'essence sur les doigts avec la pression qui reste dans la bouteille. 



Les cartes : bah nous n'avions pas grand chose, une carte de chez National Travel Map. Pas top on a trouvé : les kilométrage sont souvent faux, ou alors on n'a pas compris comment ça fonctionne. Les villages indiqués sur la route, sont en fait parfois à 5 km d'une mauvaise piste...Ceci dit j'ai eu l'IGN dans les mains, ce n'est pas forcément mieux et l'échelle est encore plus petite. La bonne solution est d'aller à Tana au FTM, chercher des vraies cartes, ils en ont des très bien beaucoup plus détaillées...mais ne pas faire comme nous en y allant un lundi de Pentecôte ! Une autre solution pas si mal le GPS dans le téléphone.

 

Electronique

Appareils photos : nous en avions deux, un bridge Lumix FZ38 et un compact Sony RX50 acheté pour l'occasion. Le Sony en basse lumière n'est vraiment pas top (et au flash il doit même y avoir un problème car c'est quasiment toujours flou !) mais dans l'ensemble il s'est avéré très polyvalent et le surtout le plus pratique à sortir rapidement de sa poche, ou pour prendre des photos et films en roulant...
 
Une fonctionnalité que je trouvais très gadget, la connexion wifi. Mais en fait ça facilite bien la vie au moment de transférer des photos sur le téléphone pour envoyer par mail ou sur le blog.





Panneau solaire de 5w : très bien il nous permet de recharger tout à part le gros appareil photo. On recharge toute la journée une batterie de 10 A/h, que l'on utilise le soir essentiellement pour le téléphone et l'appareil photo compact. On le fixe devant ou derrière la remorque en fonction du soleil.



Téléphone Android : C'est vraiment l'outil à tout faire. Nous avions pris une carte sim pré-payée chez Telma et du crédit internet (de mémoire 13500Ar les 250Mo)...ça capte relativement bien dans l'ensemble, rarement plus de 3 ou 4 jours sans réseau. Et souvent en haut de la montagne suivante ça refonctionne.
Nous utilisions deux applications GPS basées sur les cartes openStreetMap : MapFactor et OsmAnd. Une petite préférence pour la deuxième, les couleurs utilisées rendent la carte plus lisible, et surtout il y a une échelle sur l'écran ce qui nous permet à force d'avoir trop zoomé de savoir si l'on regarde des dizaines de km ou des cm ! Dans les cartes openStreetMaps évidement il n'y a pas tout, mais ce n'est pas pas forcément pire que celles de google maps...et dans les grandes villes c'est vraiment très pratique, car il n'y pas beaucoup (pour ne pas dire aucun) de nom de rue sur les murs. Vous y trouverez aussi beaucoup de points d’intérêts comme des hôtels, stations services qui peuvent servir de point de repère pour retrouver quelqu'un. Tout le blog a été écrit le soir et publié avec le téléphone. Après avoir transféré les photos depuis l'appareil, nous les compressions avec Resize MyPix ou Resize Me. Nous utilisions l'application Blogger pour éditer l'article, affreusement bugguée mais avec de l'entraînement on apprend à les contourner. Puis dès que nous avions du réseau nous publiions sur internet. C'est sûr que c'est beaucoup plus lent de taper avec un téléphone tactile qu'un PC, mais c'est tellement moins lourd et moins énergivore...
Le téléphone nous servait également à écouter de la musique dans les cotes trop longues, ou même à mettre à dessin animé aux enfants pour avoir la paix une demie heure certains soirs !
Bon après il ne faut pas compter que la dessus, c'est tout de même facilement dérobable et même fragile en voyage...donc comme en avion, toujours avoir une solution de secours, au moins pour la carte et la boussole !





Les "bonnes adresses"

Pas facile de faire une liste, mais il y des endroits que l'on se doit de citer comme la ferme auberge au sud de Tana chez Jojo et Florent ou nous avons été accueillis à notre arrivée. C'était vraiment une solution idéale pour nous, un peu à l'extérieur de la capitale, dans les rizières et avec de belles collines toutes proches. On peut y dormir en chambre, en tente, manger avec eux ou cuisiner...tout est possible. De plus Florent a organisé pendant longtemps des tours à VTT un peu partout dans l'ile, et Jojo aura plein de choses à vous faire découvrir sur son pays. Bref une bonne solution pour se mettre en douceur dans le bain du pays.

Dans les Tsingys, nous avons logé au Tanankoay chez Pascale très sympa, camping et bungalow à prix modique dans ce site très touristique.

L'agence de Trek pour le parc d'Andrigitra, JB Trekking situé à Ambalavao, il trouvera une solution à votre budget, et notre guide Harlin était super sympa.






Et les enfants dans tout ça?

Ils sont bien plus adaptables que nous, rien ne les choque même pas dormir à 17 dans une petite pièce au dessus des cochons ! Rien ne les surprend, ils n'ont pas de préjugé, ils trouvent tout normal.
Ils mangent très rapidement de tout, et redemandent même du poisson séché le matin alors que nous sommes encore en train de chercher une manière polie pour y échapper !
Ils dorment très facilement partout, dans la remorque sur le bord de la route dans le taxi brousse, dans les bateaux takatak sur les sacs de poivre...la question du bruit et de l'épaisseur du matelas ne semble même pas les effleurer.
Tous les insectes sont rigolos pour eux, même les cafards et les grosses araignées. Ils n'ont pas peur des animaux.
Ils avaient choisi quelques jeux en France à emporter pendant notre voyage. Ils n'ont quasiment pas servi, ils s'occupent avec trois fois rien: des cailloux, des graines, des feuilles, des bâtons... Seuls leurs doudous étaient indispensables.
Ceux sont de grands facilitateurs avec la population, les malgaches sont supers contents de pouvoir approcher des Vazahas kelly. Ils se lieront d'amitié avec tous les enfants que vous rencontrerez... La langue n'est pas un problème pour jouer ensemble. Paul et Jeanne ont maintenant plein de nouveaux amis.
Ils ont bien apprécié pouvoir profiter 24h/24 de Papa et Maman.






Ne pas partir n'est qu'une question d'adulte, car il n'y a objectivement aucune raison de ne pas voyager avec eux !

















10 commentaires:

  1. Merci de nous avoir fait partager votre voyage si riche en découvertes et rencontres. Les photos sont magnifiques et les commentaires se lisent comme un feuilleton...une vocation d'écrivain ? Bises à tous les 4

    RépondreSupprimer
  2. Pas facile de trouver les mots justes pour dire ce que cela nous inspire... contrairement à vous et à vos récits fluides et passionnants, c'était en effet le rendez-vous de tous.. pour prendre avec plaisir et gourmandise de vos nouvelles.
    Merveilleuse chose que la technologie quand elle permet ces prouesses... mais qui ne serait rien sans votre capacité à nous les faire partager.
    Vous avez vécu une aventure exceptionnelle qui s'est très bien déroulée, vous montrez ici que la préparation, les choix de matériel, le retour d'expérience de ceux qui l'ont déjà vécu sont déterminants pour une aventure réussie.
    Ces trois mois, au quotidien avec vos enfants et dans ce magnifique pays, vont sans nul doute compter dans vos vies.
    JF+M

    RépondreSupprimer
  3. Papi Mamie de Ry
    D'après votre bilan tout semble relativement facile.Cela a t'il toujours été le cas ? Ceci dit vos magnifiques photos et commentaires mériteraient d'être mis en livre. Mais quelle merveilleuse aventure pour tous les quatre et partagée par les lecteurs du blog. Bisousl

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour
    super,super blog tout est bien orchestrer. Papy de 60 ans départ pour moi début novembre en itinérant sur cette magnifique ile que j'ai découvert en 2005 RN7 .
    J e vais construire mon voyage d'après vos expériences.
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Super votre voyage, vous partirez combien de temps?
      N'hésitez pas à prendre contact avec nous par le formulaire de contact pour plus d'échanges en privé.
      Bonne préparation de voyage,

      Supprimer
  5. bonjour,
    Super voyage, ça nous donne des idées
    Je reviens vers vous pour glaner quelques infos sur le climat en juillet aout.
    Pourriez-vous me dire ce qu'il en ait des pluies et des températures à cette époque de l'année?

    Merci
    yoann (https://sites.google.com/site/surlescheminsdumondeenfamille/)

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Yohan,
    Je n'ai pas votre mail pour répondre à votre message, le formulaire de contact ne semble pas fonctionner sur votre site.
    Pouvez vous nous remettre un message par le formulaire de contact, que nous puissions vous répondre ?
    Joyeux Noel
    Pierre

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour,
    merci pour votre générosité quant aux infos fournies.
    Une subsiste à propos des cartes routiéres : La bonne solution est d'aller à Tana au FTM...
    C'est quoi le FTM ?
    Merci.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour,
    C'est l'INSTITUT GEOGRAPHIQUE ET HYDROGRAPHIQUE DE MADAGASCAR.
    http://www.ftm.mg/
    http://www.ftm.mg/contact.htm

    Ils ont des cartes papier correctes du pays.

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour! Avez-vous pris un traitement préventif contre le palu? Et les enfants?

    RépondreSupprimer